> Le Groupe / Informations financières
Augmenter le texte
Diminuer le texte Imprimer Envoyer par mail

RAPPORT ANNUEL 2015-2016 - Groupe Bayard

RAPPORT ANNUEL DE GESTION DU GROUPE BAYARD
Exercice 2015 - 2016


Faits marquants de l'exercice

Le groupe a quitté au 1er janvier 2016 la logistique de la Sofedis, filiale du groupe Madrigall, pour la diffusion-distribution de Bayard Editions, et rejoint celle d’Hachette Livre, qui commercialisait déjà le catalogue d’Editions Milan. Le groupe a créé en France une direction des Terrains du marché chrétien, visant à permettre de réinvestir les territoires, en réaffirmant sa proximité aux publics et en structurant ses différents canaux de vente. Cette cellule est chargée de l’intégration de la diffusion des livres Bayard auprès des Librairies religieuses. Bayard et la Française REM, propriétaire de l’immeuble Minéralis, qui abrite notamment Bayard Presse et Bayard Editions à Montrouge, sont convenus fin juillet 2015 de renouveler le bail pour une durée de 7 ans.Milan a déménagé sur un nouveau site à Toulouse en mars 2016. Le groupe affiche au 30 juin 2016 un chiffre d’affaires et une marge opérationnelle stables, et un résultat net positif de 3.1 M€, après 1.4 M€ en 2014/15.

RÉSULTATS

Chiffre d’affaires consolidé

Le chiffre d’affaires consolidé de l’exercice s’élève à 354.4 M€, contre 353.2 M€ en 2014/2015, soit une progression de 0.3%. Les sociétés françaises contribuent au chiffre d’affaires à hauteur de 289.2 M€ contre 288.7 M€ en 2014/2015, progressant ainsi de +0.2%. Le chiffre d’affaires des sociétés étrangères s’élève à 65.2 M€ et affiche une progression de 1.1% par rapport à 2014/2015. Le chiffre d’affaires bénéficie d’un effet change de +1.7 M€. A change constant, ce dernier reste stable. Le chiffre d’affaires diffusion presse, à 242.2 M€, est en retrait de 0.5% à données comparables, sous l’effet du repli des portefeuilles abonnés de la presse adulte. Les ventes au numéro du groupe augmentent de 1.6% notamment celles de Milan Presse suite au développement des licences. Ces indicateurs sont à comparer avec les ventes de journaux et magazines du secteur de la presse, qui, en France, poursuivent leur repli avec une évolution en volume de -2.9% sur la presse magazine et -1.6% sur la pression quotidienne nationale [Source : OJD]. Les revenus publicitaires du groupe (8% du chiffre d’affaires total) sont en retrait de 0.7% à données comparables. Ils sont stables en France à -0.3%, dans un marché de la presse pourtant en repli par rapport à l’exercice précédent de 5.0% pour les quotidiens et de 6.3% pour les magazines [Source : IREP]. Les ventes de livres du groupe progressent de 1.7% sur la période à données comparables. Les ventes de produits et services numériques progressent de 9%, et représentent 2.5% du chiffre d’affaires consolidé.

RĂ©sultats

 

 

La marge opérationnelle du groupe est stable à 4.6% du chiffre d’affaires et s’établit à 16.2 M€ contre 16.1 M€ en 2014/2015.

 

 

 

 

Le résultat d’exploitation du groupe s’élève à  9.3 M€ contre 10.2 M€ sur l’exercice 2014/2015.

 

 

 

Ce résultat inclut 4.6 M€ de coûts de restructuration, contre 3.7 M€ en 2014/2015. Ils comprennent notamment les charges de restructuration du Plan de Sauvegarde de l’Emploi mis en œuvre chez Bayard Service début 2016.

 

 

 

 

Le résultat financier s’élève à -0.3 M€ contre un résultat de 2.2 M€ en 2014/2015. Ce dernier était impacté par un résultat de change positif lié à une forte hausse du dollar.

 

 

 

 

Le résultat exceptionnel s’établit à -1.0 M€ contre -6.8 M€ en 2014/2015. Il comprenait notamment sur l’exercice précédent une charge nette liée au changement de diffuseur du livre.

 

 

 

 

Une charge d’impôt de 1.6 M€ a été enregistrée contre 2.0 M€ en 2014/2015.

 

 

 

 

Le résultat net intègre des charges d’amortissement et de dépréciation d’incorporels et survaleurs pour 5.9 M€ contre 4.8 M€ en 2014/2015.

 

 

 

 

Le résultat net du groupe s’élève au 30 juin 2016 à +3.1 M€, contre +1.4 M€ l’année précédente.

 

 

 

 

Trésorerie et bilan

 

 

 

La trésorerie du groupe est structurellement excédentaire grâce aux ressources importantes de fonds de roulement générées par les abonnements.

 

 

 

 

Le risque de change lié aux actifs financiers en dollars canadiens et dollars américains fait l’objet de couvertures fermes ou optionnelles pour tout ou partie des montants concernés.

 

 

 

 

La trésorerie disponible s’élève à 69.4 M€ au 30 juin 2016 contre 66.5 M€ au 30 juin 2015.

 

 

 

Les dettes financières long terme s’établissent à 10.1 M€, en baisse de 0.6 M€.

 

 

 

La trésorerie nette des dettes financières augmente de 3.5 M€ sur l’exercice, et atteint 59.3 M€ au 30 juin 2016 contre 55.8 M€ au 30 juin 2015 et 46.0 M€ au 30 juin 2014.

 

 

 

 

La trésorerie générée par l’exploitation est positive à +7.0 M€.

 

 

 

La marge brute d’autofinancement s’élève à 13.7 M€, le Besoin en Fonds de Roulement augmente de 4.9 M€, et les abonnements à servir reculent de 1.9 M€.

 

 

 

La dette abonnés s’élève à 78.7 M€ au 30 juin 2016.

 

 

 

 

La trésorerie affectée aux opérations d’investissements et cessions a représenté un décaissement net de 4.2 M€, contre 7.5 M€ au 30 juin 2015.

 

 

 

 

La variation des comptes courants des filiales intégrées proportionnellement ou mises en équivalence a généré un encaissement net de 0.1 M€.

 

 

 

 

Le groupe a financé par crédit-bail les aménagements du site de Montrouge pour un montant global de 6.0 M€ en 2008. Ce crédit-bail fait l’objet d’un retraitement dans les comptes consolidés avec la constatation d’immobilisations à l’actif pour une valeur nette de 1.4 M€ et d’un emprunt correspondant au passif, totalement amorti depuis 30 juin 2014.

 

 

 

 

Les capitaux propres part du groupe s’élèvent à  46.3 M€ contre 43.5 M€ à fin juin 2015.

 

 

 

 

 

 

 

 

PERSPECTIVES

 

 

 

 

Evénements importants survenus depuis la clôture de l'exercice  et perspectives d'avenir

 

 

 

Le groupe se mobilise pour consolider de ses positions, et soutenir sa politique d’innovation pour accroître sa présence auprès de ses publics, avec des investissements dans le développement digital, autour de l’expérimentation et le lancement de nouvelles offres, et la rénovation et le déploiement des offres existantes.

 

 

 

 

Le repli continu du marché des ventes de presse comme celui des investissements publicitaires sur ce media, et les évolutions incertaines de l’écosystème propre à la presse en France, en particulier de la distribution postale et de la distribution en kiosque, incitent à la prudence.

 

 

 

L’objectif pour 2016/17 est de stabiliser le chiffre d’affaires pour la troisième année consécutive et de dégager une marge opérationnelle à un niveau proche des niveaux atteints les deux années précédentes, et un résultat net bénéficiaire.

 

 

 

 

La trésorerie nette devrait continuer à progresser, confortant l’indépendance du groupe et sa capacité à financer des acquisitions nouvelles.